creation-entreprise-a-champagne-ardenne

Vous êtes un jeune entrepreneur et vous envisagez de créer votre propre entreprise à Champagne Ardenne ? Sachez que vous devez passer par le choix de la forme juridique, qui est une étape importante et qui s’avère parfois compliqué. Entre l’EURL, la SAS ou encore la SARL…, vous pouvez très vite vous perdre. Pour vous aider à vous en sortir, nous vous proposons ce guide.

Entreprise individuelle ou société : que choisir ?

Tout d’abord, chaque entrepreneur qui souhaite créer une société est dans l’obligation de choisir un statut juridique. Non seulement ce dernier régit les relations entre les associés et ces derniers avec les tiers, mais il trouve également son utilité dans la caractérisation de la société et sa localisation. Il définit également la position de votre structure face à la fiscalité ainsi qu’à la protection sociale. Ainsi, pour ne pas avoir de mauvaises surprises en cours de vie sociale, il vaut mieux dès le début bien choisir son cadre juridique. En cas de difficulté, vous pouvez faire appel à un professionnel pour vous assister.

Pour commencer, vous devez vous poser la question : je vais créer une entreprise individuelle ou une société ?

L’entreprise individuelle est préconisée si vous souhaitez développer seule, en votre propre nom, votre activité économique. L’avantage de cette forme juridique, c’est qu’elle est la plus simple pour créer une entreprise. Et pour cause, elle est soumise à des démarches administratives moins lourdes, avec un frais de création plus abordable. De plus, la mise en place d’une telle structure ne nécessite pas la constitution d’un capital minimum. Seulement, votre patrimoine personnel sera confondu avec celui de la société. Cela vous obligera à honorer les éventuelles dettes d’exploitation avec votre propre patrimoine.

La société constitue une autre alternative. Dans cette forme juridique, plusieurs personnes conviennent par un même accord qu’elles mettront en commun de moyens pour exercer une activité économique. Il s’agit des « associés » si le capital social est constitué par des parts sociales, et des « actionnaires » si celui-ci est constitué par des « actions ». Contrairement à l’entreprise individuelle, le patrimoine des entrepreneurs est séparé de celui de la structure.

Quels sont les différents statuts juridiques ?

Quatre variables conditionnent le choix d’une forme légale. Il s’agit de l’apport en capital, de son partage, de la responsabilité de l’entrepreneur vis-à-vis aux dettes, et du régime social et fiscal de la société. Voici les formes juridiques les plus choisies par les nouveaux entrepreneurs :

  • La société à responsabilité limitée ou SARL : son principal avantage, c’est que la responsabilité des associés est limitée au prorata de leurs apports.
  • L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) est une autre forme de la SARL, qui ne comprend qu’un seul associé. Comme la SARL, ce statut permet la réalisation d’un certain nombre d’activités professionnelles.
  • La société anonyme, quant à elle, est une société qui doit au moins être constituée de 7 associés. Un seuil minimum de capital social est fixé par la loi pour sa constitution. Si vos projets sont de grande envergure, cette forme est la plus préconisée.
  • La société par actions simplifiée est un autre statut juridique. Celui-ci est plus souple et plus flexible dans la mesure où les associés sont plus libres dans l’établissement des règles de fonctionnement de l’entreprise.

Enfin, vous pouvez choisir la société par actions simplifiées unipersonnelles, qui fonctionne de la même manière que la SAS, mais avec un seul associé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *